Le 4 avril, on fête Pâques!

« Jésus de Nazareth, le Crucifié, est ressuscité »

 

Fêter Pâques, c’est dire « nous croyons… »

« Pour vivre dans la liberté de Dieu notre Père, nous choisissons de construire notre vie sur l’amour, et de rejeter toutes formes d’oppression ou d’exclusion qui rendent l’homme esclave et sans espérance.

Pour grandir dans la foi au nom de Jésus ressuscité, nous choisissons de vivre selon la loi des béatitudes, et de rejeter tout ce qui conduit aujourd’hui à l’injustice, à la dureté, à l’égoïsme.

Pour nous épanouir dans l’Esprit reçu au baptême, nous choisissons de dénoncer ce qui provient du mal, et de rejeter le mensonge, la tricherie, les ténèbres, qui sont le visage de Satan embusqué dans le monde.

Nous croyons en Dieu, le Père de Jésus, notre Seigneur, et notre Père, créateur du monde visible et invisible. Dans le Christ il nous a bénis et sanctifiés afin que nous vivions à la louange de sa gloire.

Nous croyons en Jésus Christ, son Fils unique, en qui tout fut créé, au ciel et sur la terre. Il s’est livré pour tous les hommes jusqu’à la croix. Il est ressuscité, il est le premier-né d’entre les morts. Il veut rassembler l’univers dans la paix de son amour.

Nous croyons en l’Esprit Saint, qui demeure en nous par la grâce du baptême.

Nous croyons à la Sainte Église, qui est le corps du Christ, à la communion des saints en un seul peuple, au pardon des péchés par la puissance de la croix, et à la résurrection de la chair, lorsque la création aura atteint sa plénitude »

(inspiré de Gh. Pinckers et des évêques de Belgique, Pâques 1997, FN 2000)

 

Un extrait biblique : l’évangile de la nuit (Mc 16, 1-7)

« Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus. De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil. Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? » Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande. En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur. Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé. Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit” »

 

Une hymne : Brillez déjà, lueurs de Pâques

(D. Rimaud — CNPL ©)

« Brillez déjà, lueurs de Pâques,

Scintillez au jour de demain,

Annoncez l’époux qui revient,

Éveillant tout sur son passage.

La nuit ne saurait retenir

Ce corps où monte le désir

De recommencer un autre âge.

 

La terre craque où il se dresse,

Comme hier où Dieu lui donna

Son Esprit, son souffle, une voix

Dans le jardin de la Genèse.

La chair de sa chair est nommée :

La plaie qu’il porte à son côté

S’ouvre pour qu’un peuple en renaisse.

 

Voici le temps où Dieu se hâte :

De sa main il couvre les eaux,

Il en tire un monde nouveau,

Partout la vie refait surface !

Où donc est la tombe de Dieu ?

La mort est morte sous les yeux

De ceux qui croiront en sa grâce »

Pour écouter l’hymne…

 

La Lumière du Ressuscité rejoint toutes les ténèbres de notre monde… Jésus est Vivant ! Alléluia !