Deux nouveau prêtres cru 2019!

Romuald Sènadé Atingbèton, 29 ans

Ghislain Iweins de Villers-Masbourg d’Eclaye, 27 ans

 

Romuald?

Très jeune, il s’est interrogé quant à l’orientation à donner à sa vie. « Un prêtre passait, régulièrement, au village. Il nous demandait de prier pour les vocations parce qu’il n’y avait pas assez de prêtre. Un jour, voyant mon implication dans la vie paroissiale, le maître du catéchisme m’a demandé si je n’avais jamais pensé à devenir prêtre. » J’ai répondu: « je ne sais pas’‘.
Le jour de sa confirmation, il perçoit l’appel de Dieu mais, durant les humanités, il rejette la vocation.  « Après le baccalauréat, je me suis posé des questions existentielles en me demandant ce que j’allais faire de ma vie.” Et puis vient la rencontre avec un père de l’ordre des Augustins de Gand (ndlr: ils animent, à Bouge, le sanctuaire dédié à sainte Rita). Une conversation l’éclaire: « J’ai répondu avec promptitude, j’allais devenir missionnaire sans savoir où ni comment. » En 2010, il quitte le Bénin, son pays, et arrive en Belgique. En 2012, il rejoint le séminaire de Namur et se prépare à devenir prêtre diocésain. A travers ses stages, outre le travail en paroisse, il va encore découvrir le travail dans les hôpitaux, les maisons de repos, les prisons. Il veut « être présent là où sont les gens ».
A l’aube de ses 30 ans, Romuald se prépare donc à écrire une nouvelle page de sa jeune vie. Il conclut: « Qu’importe où l’évêque m’enverra. Mon souhait, c’est de célébrer les mystères du Christ, de faire découvrir, à tous, son amour et la joie d’être chrétien. Redire que nous sommes les membres d’une Eglise vivante, universelle et missionnaire et pas simplement de pierres. »

 

Ghislain?

Originaire de Bruxelles, Ghislain a 27 ans:  « Comme tout le monde, je me voyais travailler, me marier et avoir des enfants.’‘ Parvenu à cette nouvelle étape, il salue le travail réalisé par ceux qui ont jalonné sa route et qui n’ont pas hésité à le bousculer dans ses  « certitudes » en lui présentant la voie de la prêtrise. Ghislain a participé à des rencontres destinées à des jeunes qui s’interrogeaient sur leur vocation. Le livre du cardinal Danneels  « Messager de la joie » a éclairé sa route: il décide alors de devenir prêtre. Entre les années de philosophie et de théologie, Ghislain partira un an à Bukavu, dans le sud Kivu (Congo).  Il y suivra un prêtre dans sa mission pastorale et donnera aussi des cours de religion et d’histoire. « Je me suis également rendu compte que partout où est l’Eglise, on rencontre des frères, des sœurs. On est chez soi. C’est un peu comme si on rentrait à la maison après un grand voyage. Je n’étais pas l’étranger.”

 

Leur avenir?

Ni Romuald ni Ghislain ne savent où ils seront envoyés. Évoquant son futur ministère, Ghislain exprime tout de même un souhait:  “En dehors de la mission en paroisse, j’aimerais en avoir une dans un hôpital, une école, une prison… Pour rencontrer d’autres personnes et éviter de m’enfermer dans la routine.”

Certes, le chemin ne sera pas facile pour ces deux jeunes pasteurs mais aucun choix n’est facile, en soi. Il leur faudra être créatifs, faire preuve d’humilité et de courage aussi.  Puissent-ils rayonner auprès de ceux qu’ils ont choisi d’accompagner.

 

Sources de l’article: « Cathobel » (20 juin 2019)

 

Beau chemin à vous deux!

Portons-les dans la prière...