IMG-20170821-WA0031

Frère Jean-Bosco a franchi un pas dans son cheminement!

C’était dimanche, le 20 août 2017 dans l’Eglise abbatiale de Maredsous que par la grâce du Saint Esprit ma vie a été renouvelée. Monseigneur Fréderic Rubwejanga, évêque émérite du diocèse de Kibungo au Rwanda, m’a conféré l’ordination diaconale au cours de l’eucharistie.

Je rends grâce au Seigneur pour ce don gratuit qui nous invite à imiter le Christ Serviteur.

Je suis né dans une famille chrétienne catholique le 22 novembre 1981 au Rwanda, je suis entré au monastère de Gihindamuyaga en octobre 2006. J’ai prononcé mes premiers vœux monastiques le 21 mars 2009 et j’ai émis ma profession perpétuelle le 21 septembre 2013. J’ai été envoyé au grand séminaire de Kabgayi pour le cursus de philosophie et actuellement je suis au séminaire Notre-Dame de Namur pour la formation de théologie.

« Dieu aime celui qui donne avec joie »

Notre Père Saint Benoît, dans sa règle des moines nous dit : « Dieu aime celui qui donne avec joie » (5, 16). Pour moi, devenir diacre c’est d’être capable de se donner et de servir nos frères et sœurs dans la joie fraternelle. Aujourd’hui, c’est un appel dont notre Eglise a besoin. Que le Seigneur nous donne à tous la grâce de répondre à cet appel de devenir de bons serviteurs comme le Christ.

Bref, l’ordination diaconale est un bon engagement qui nous permet d’aller vers l’autre. Dans notre vie chrétienne, il faut avoir le courage de se donner. Eh bien, nous avons besoin de l’autre pour que nos dons et nos talents puissent grandir et porter du fruit. Soyons heureux de nous donner dans tout ce que nous avons… et nous recevrons en abondance, comme nous le promet la Parole de Dieu : « Car à tout homme qui a on donnera et il aura en surabondance, mais celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera enlevé » (Mt 25, 29). Dans cet appel au service, il suffit de dire oui comme la Sainte Vierge Marie.

« Sois avec nous, Dieu tout-puissant… »

Enfin, ce qui m’a touché dans le rituel, c’est le geste de la prostration : après que toute l’assemblée ait invoqué l’Esprit-Saint, l’ordinant se couche franchement à terre, en même temps que l’assemblée se met debout ou à genoux pour supplier Dieu et tous les saints du paradis d’intercéder et d’agir pour lui. Ces rites préparent les gestes qui vont faire de l’ordinant un ordonné : l’imposition des mains de la part de l’évêque, qui donne le Saint-Esprit, et la prière consécratoire qui, une fois encore, supplie Dieu avec insistance pour qu’il envoie le don de sa grâce : « Sois avec nous, Dieu tout-puissant, nous T’en prions, sois avec nous ».

Cette ordination fut donc une grande joie pour moi : voir qu’à ceux qui se donnent, Dieu n’enlève rien mais enseigne à donner avec joie.

 

Frère Jean Bosco.

DSC04471-1