On célèbre le Jeudi Saint!

« Présents avec nous ce soir… », un répons et deux lectures bibliques…

 

En guise d’introduction à la liturgie, nous voulons mentionner les personnes qui nous sont présentes:

  • Avec nous sont invités ce soir: nos frères et sœurs malades qui poursuivent l’agonie du Christ, dans leur cœur ou leur corps
  • Avec nous ce soir sont présents: ceux et celles qui, à cause du confinement, ne peuvent se joindre aux célébrations de la Semaine Sainte
  • Sont présents avec nous: ceux qui combattent le virus : les membres du personnel soignant et de la recherche scientifique
  • Sont présents avec nous: tous ceux qui poursuivent leur activité au service de notre société : les responsables politiques, les employés de magasins, les éboueurs et tant d’autres
  • Nous sommes en communion: avec tous les chrétiens de ce diocèse, avec notre évêque et tous ses collaborateurs
  • Sont invités à cette table tous ceux qui souffrent, ainsi que tous les pauvres, proches et lointains

(vous pouvez mentionner toutes les personnes qui vous sont présentes en pensée…)

 

Un répons « J’ai désiré d’un grand désir »©

« ‘J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir’

L’heure venue, Jésus se mit à table avec ses disciples et, les ayant aimés, il les aima jusqu’au bout. Et leur dit :

‘J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir’

Voici mon corps livré et mon sang répandu, prenez et partagez. En souvenir de moi, faites-le désormais :

‘J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir’

Je demeure en vous, demeurez en moi, pour que le monde croie et qu’il croie à l’amour :

‘J’ai désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir’ »

Pour écouter le répons…

 

Deux questions du repas juif (le seder) qui guidera notre liturgie:

  1. La première Pâque.

Question : Pourquoi cette nuit diffère-t-elle de toutes les autres nuits ? Pourquoi mangeons-nous ce soir du pain non levé, alors que tous les autres soirs nous mangeons du pain levé ?

Réponse : Ce soir, à la manière des familles juives qui célèbrent le seder, le repas pascal, nous faisons mémoire du jour où le Seigneur fit sortir d’Égypte les fils d’Israël. En célébrant le mémorial de ses merveilles, nous reconnaissons que ce soir encore, le Seigneur accomplit pour nous la merveille de notre libération.

Lecture : Ex 12, 1-8.11-14

« En ces jours-là, dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau.
Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte. Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez » »

  1. La Pâque de Jésus.

Question : Pourquoi Jésus a-t-il voulu célébrer la Pâque avec ses disciples avant de mourir ? Pourquoi célébrons-nous ce soir ce dernier repas ?

Réponse : Ce soir, nous faisons mémoire de la Cène, au cours de laquelle Jésus a fait du pain et du vin les signes de son offrande parfaite. À ses disciples, à nous, il a solennellement recommandé de perpétuer ce geste en mémoire de lui, nous assurant à l’avance de sa présence indéfectible au cœur de son église. Nous aussi, faisons mémoire de ce repas qui inaugure toutes nos Eucharisties et rendons grâce pour ce sacrement de sa présence au milieu de nous.

Lecture : 1 Co 11, 23-26

« J’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne »

 

Beau Jeudi Saint!

 

(source de la photo: https://blog.egliseinfo.be/fetes/fetes-liturgiques/paques/jeudi-saint/)