Cruche

Un en-cas pour ce temps de vacances!

La prière de la cruche

 

« Seigneur, au cas où tu aurais besoin d’un saint,

je suis venu pour la place : je ferai très bien l’affaire !

 

Le monde est rempli de gens parfaits : certains t’offrent

tant de sacrifices qu’ils les notent sur un carnet,

de peur que tu te trompes en les comptant.

 

Moi, ça m’ennuie énormément, les sacrifices…

Et ce que je t’ai « donné », Seigneur,

tu l’as toujours pris sans permission…

Tout ce que j’ai pu faire, c’est ne pas trop rouspéter. (…)

 

Les gens parfaits ont tant de qualités

qu’il n’y a plus de place

en leur âme pour autre chose…

Mais, Seigneur, un saint, c’est un vase vide :

tu le remplis de ta grâce et il déborde de ton amour !

 

Or, je suis un vase vide… avec un peu de boue au fond.

Pas très propre, certes,

mais tu dois bien avoir quelque céleste poudre à récurer.

Et à quoi servirait l’eau de ton côté,

sinon à nous laver avant usage ?

 

Si tu ne veux pas de moi; Seigneur, je n’insisterai pas.

Réfléchis pourtant à ma proposition, elle est sérieuse.

Quand tu iras puiser le vin de ton amour,

rappelle-toi que tu as quelque part sur la terre

une petite cruche à ta disposition ».

 

Tiré du bulletin du « Mouvement chrétien des retraités »