C’est Noël !

Le 25 décembre est bien connu ! Depuis plus d’un mois, on voit les vitrines décorées de mille lumières, des sapins étinceler sous les couleurs des guirlandes… On découvre aussi des publicités séductrices pour tel cadeau ou repas de réveillon… Il y a les crèches avec de jolis personnages… Et les vœux que l’on s’échange…

Mais quel est le sens de Noël ?
Tous les aspects que je viens de citer ne sont pas privés de sens ou d’intérêt. Ils font partie de notre culture, de notre histoire.

Noël célèbre d’abord une naissance, un avènement. D’où son nom de Noël, qui vient du latin natalis. Certes, l’enfant Jésus est né dans une crèche à Bethléem en l’an ± 0… « car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune », rapporte l’évangéliste Luc. Jésus était donc un migrant, comme tous ceux dont on parle dans l’actualité, ceux qui ne trouvent pas de lieu pour s’installer, ces femmes qui doivent accoucher en exil…

Et ce bébé né il y a 21 siècles, en quoi change-t-il mon quotidien d’aujourd’hui ?
Noël ne fait pas seulement mémoire de cette naissance lointaine ! En fait, selon la tradition, il n’y a pas seulement une venue, mais trois venues de Jésus

La venue à Bethléem, c’est la première, dont nos crèches font mémoire : un événement historique, rapporté par les Evangiles et d’autres livres non chrétiens. Cette naissance a donc réellement eu lieu.

La deuxième, c’est la venue en ce jour de Noël, aujourd’hui, celle qu’on appelle depuis le début du temps de l’Avent. Tu te souviens que, dans l’article précédent , je parlais de l’attente de la venue de Dieu. Pendant l’Avent, on n’a cessé de l’espérer… Il est là aujourd’hui ! C’est l’occasion de le fêter en famille, en communauté, tout autour de toi. Avec la venue de cet Enfant, les vœux se multiplient, comme pour toute naissance : vœux de bonheur, de vie, de paix, de joie ! Mais cet Enfant ne naît pas seulement dans la crèche… Il t’invite à l’accueillir en ton cœur, ce Dieu qui vient sur notre terre, ce Dieu qui se soucie de toi, pour qui chacun(e) a du prix… Et, en l’accueillant, ce sont tous ceux et celles que tu rencontres que tu accueilles !

Enfin, la troisième venue sera pour plus tard « au dernier jour »… On pourra en reparler une autre fois.

En ce jour béni, j’ai envie de formuler plein de vœux à ton intention. Je me contenterai d’un seul : qu’il y ait un lieu accueillant dans la crèche de ton cœur !
Belle fête de Noël à toi… et à tous ceux qui bénéficieront de cette crèche…

Sr Marie-Jean (bénédictine d’Hurtebise)