Le 14 septembre, fête de la Croix glorieuse !

Le nom de cette fête a de quoi surprendre ! Comment peut-on associer le substantif « croix » et l’adjectif « glorieux » ? Comment une croix, instrument de supplice de l’époque de Jésus, peut-il contenir un aspect de gloire ? Dans notre monde où tant de gens souffrent, honorer la croix relève du scandale, avec un soupçon de masochisme…
Et pourtant, la fête de la Croix glorieuse nous apporte une Bonne Nouvelle : on ne peut pas penser l’aspect « croix », sans considérer l’autre versant, celui de « gloire ». Rappelons-nous la fête de Pâques, où nous avons fêté la résurrection de Jésus. Ce dimanche-là est précédé du Vendredi Saint, où nous faisons mémoire de sa mort. Passage du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques, du désespoir à l’Espérance, de la mort à la vie…
A la Croix glorieuse, on célèbre le même mystère, mais en un seul jour. Et ce jour de fête peut convertir notre regard, changer notre cœur ! La Croix glorieuse affirme qu’aucune souffrance, aucune épreuve, aucune mort ne peut plus être pensée de la même façon. Elles ne peuvent plus être un point final, mais elles se font passage vers un avenir, vers une Espérance… En passant de la mort à la vie, en faisant l’expérience de la résurrection, Jésus témoigne d’un amour, dégage une issue, fraye un chemin, pour Lui et pour nous. La Croix glorieuse nous rassure : l’amour de Dieu nous devance et nous accompagne. Nos souffrances et nos épreuves, nos échecs et nos trahisons, passés ou présents, ne peuvent pas avoir le dernier mot : un avenir peut toujours s’ouvrir, une Espérance renaître…
Pour le comprendre, les textes du jour nous éclairent : les Hébreux, après leur infidélité, ont été invités à regarder le « serpent de bronze » dans le désert pour avoir la vie (Nb 21, 8-9). Et nous, à lever les yeux vers la Croix de Jésus pour en recevoir la « vie éternelle » (Jn 3, 15). Cette vie, c’est le cadeau que Dieu veut nous offrir : pas une vie qui suivra la mort physique, mais une vie pleine, heureuse et féconde. Dès aujourd’hui.
La Croix glorieuse ne fait pas l’éloge de la souffrance, mais de la vie qui peut en découler. Une médaille a bien deux faces : la croix ne peut être pensée sans la gloire.
Pour tous les hommes et femmes de notre monde, pour toi qui souffres, la Croix glorieuse célèbre la victoire de la vie. Pour te révéler le secret que tu n’es pas seul(e) dans ta souffrance, que tu ne vis pas seul(e) ta mort. Jésus est passé par là, il te précède, pour y faire jaillir la Vie ! Te rends-tu compte que cette fête change tout ?
Belle route à toi sur ce chemin d’Espérance…

Sr Marie-Jean (bénédictine d’Hurtebise)

Sources des photos:

Croix de la chapelle du monastère d’Hurtebise

site: focolare.org