Les vocations au service de l’Eglise-Mission

Extrait de l’allocution du Pape Benoît XVI lors du « Regina Coeli » le 13 avril 2008, journée mondiale de prière pour les vocations.

Dans l’expérience de l’apôtre des Nations (Paul), que le Seigneur appela pour être « ministre de l’Evangile », vocation et mission sont inséparables. Il représente par conséquent un modèle pour tout chrétien, de manière particulière pour les missionnaires ad vitam, c’est-à-dire pour les hommes et les femmes qui se consacrent entièrement à annoncer le Christ à ceux qui ne le connaissent pas encore:  une vocation qui conserve aujourd’hui encore toute sa validité. Ce sont les prêtres qui, en premier lieu, accomplissent ce service missionnaire, en dispensant la parole de Dieu et les sacrements, en manifestant, à travers leur charité pastorale à tous, en particulier aux malades, aux plus petits et aux pauvres, la présence de Jésus Christ, qui guérit. Nous rendons grâce à Dieu pour ces frères qui se donnent sans réserve dans le ministère pastoral, en scellant parfois leur fidélité au Christ par le sacrifice de leur vie, comme les deux religieux tués hier en Guinée et au Kenya. Nous éprouvons à leur égard une admiration pleine de reconnaissance et nous prions pour eux. Prions également pour que la multitude de ceux qui décident de vivre l’Evangile de manière radicale à travers les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, soit toujours plus grande. Ce sont des hommes et des femmes qui ont un rôle primordial dans l’évangélisation. Parmi eux, certains se consacrent à la contemplation et à la prière, d’autres à une action éducative et caritative multiforme, mais tous sont unis autour d’un même objectif:  celui de témoigner de la primauté de Dieu sur tout, et de diffuser son royaume dans tous les domaines de la société. Nombre d’entre eux,  écrivait  le  serviteur  de Dieu Paul VI, sont « entreprenants, et leur apostolat est souvent marqué par une originalité, un génie qui forcent l’admiration. Ils sont généreux:  on les trouve souvent aux avant-postes de la mission, et ils prennent les plus grands risques pour  leur  santé  et leur propre vie » (Exhortation ap. Evangelii nuntiandi, n. 69). Il ne faut pas oublier, enfin, que la vocation au mariage chrétien est aussi une vocation missionnaire:  en effet, les époux sont appelés à vivre l’Evangile dans leur famille, dans leur milieu de travail, dans leur communauté paroissiale et civile. Par ailleurs, dans certains cas ils offrent leur collaboration précieuse dans la mission ad gentes.